On ne s’intéressera pas ici à l’open source marketing commercial prodigué à grands renforts de publicités par certains marchands de chaussures ou autres mais bien à ce que cette notion recoupe au niveau informatique.

Littéralement, open source signifie que la source (le code, le schéma de fabrication…) est accessible à l’utilisateur et, par voie de conséquence, modifiable et adaptable. Il existe une multitude de licences encadrant précisément l’usage (commercial/non commercial…) et la propriété (domaine public, droits de modifier, de redistribuer…).

Open source, c’est forcément gratuit ?

En aucun cas, cela veut dire qu’open source et gratuité vont de pair. C’est d’ailleurs là le schisme fondamental entre les deux chapelles de l’open source que sont l’OSF  et la FSF.

D’un point de vue pratique, et c’est le plus intéressant, le développement de ce mouvement permet à des créateurs venus de tous horizons de proposer des programmes et des solutions sur le web avec une licence de leur choix. Si le produit est reconnu, il se forme généralement une communauté qui va assurer sa maintenance et son développement (WordPress ou Open Office par exemple). La rémunération des créateurs se fait générale :

  • par abonnement ou coût de licence, souvent exclusivement pour les usages commerciaux
  • par don spontané de l’utilisateur du produit

Les logiciels imposant de la publicité ne sont clairement pas dans le respect des licences open source.

Pirate informatique

Open source, ce ne sont que des hackers ?

Pas vraiment mais la confusion est fréquente car il y a le point commun de vouloir un internet libre. Pour les hackers, c’est en attaquant les institutions et le capitalisme. Pour les adeptes de l’open source, c’est en défendant la liberté de pouvoir disposer librement de logiciels et de partager le code et les connaissances.

Cette logique s’étend d’ailleurs à de plus en plus de secteurs de l’économie, à commencer par le matériel informatique.

Open source, c’est quand même moins bien fait que les logiciels payants ?

Il est important de pouvoir distinguer le bon grain (des produits fiables avec une communauté active) de l’ivraie (un produit mal codé et peu ou pas maintenu). Beaucoup de produits open source sont d’une qualité et d’une richesse en fonctionnalités comparables aux logiciels payants : Gimp, Open Office, Libre Office…

La richesse et la diversité de l’offre existante permet de gagner beaucoup de temps et de le consacrer ainsi à l’adaptation d’un produit plutôt qu’à une création ex nihilo pour un coût bien supérieur.

Liqueur de Toile adhère à cette vision et contribue également, à son échelle, au dynamisme de l’offre open source (scripts en licence CC-BY-SA 3.0, traductions de plugins wordpress…) .

Si tu as une pomme, que j’ai une pomme, et que l’on échange nos pommes, nous aurons chacun une pomme. Mais si tu as une idée, que j’ai une idée et que l’on échange nos idées, nous aurons chacun deux idées

George Bernard Shaw